Ne négligez pas votre arrivée en entretien

Auteur : Séverine Dégallaix
juin 2011

L’entretien commence lorsque vous posez le pied dans les locaux de l’entreprise, et non pas une fois que vous êtes face au recruteur. Une règle qui pourrait vous causer bien du tort si vous passez à côté.

Une candidate arrive à un entretien de recrutement pour s’entendre dire dès les premières secondes qu’elle n’aura pas le poste. Incroyable ? Pas tant que ça. L’histoire est racontée par Emmanuel Carré, enseignant à l’ICD : « agacée de ne pas trouver son chemin dans la zone industrielle où se trouvait l’entreprise, la candidate avait demandé de l’aide à un passant… qui se trouvait être le recruteur auquel elle allait avoir affaire. Sans avoir été malpolie, il était clair qu’elle n’était pas dans les meilleures dispositions. Or, le poste pour lequel elle se présentait lui aurait demandé ce genre d’exercice régulièrement. » Voilà pourquoi vous devez vous mettre dans le bon état d’esprit dès que vous sortez de chez vous.

Les quatre règles de base

- Première précaution : arriver à l’heure, voire légèrement en avance. « Cela permet d’avoir le temps de se rafraîchir, de se laver les mains, de se remettre d’un trajet peut-être difficile, en bref de s’assurer d’être présentable », souligne Laurent Pinède, DRH de SGS Qualitest Industrie.

- Deuxième précaution : penser que toutes les personnes que vous croiserez dans l’ascenseur ou à l’accueil peuvent peser dans la décision finale. Les histoires de candidats ayant fait mauvaise impression parce qu’ils n’ont pas pensé à dire bonjour aux secrétaires sont légion. Soyez poli et souriant, c’est le conseil d’Alain Jacob, directeur d’AJConseil : « il est important de montrer une certaine ouverture dès l’arrivée, tout en faisant attention à ne pas jouer un personnage : le recruteur cherchera de toute façon à découvrir votre personnalité réelle. »

- Troisième précaution : bien vous comporter dans la salle d’attente. Evitez de regarder votre montre toutes les trente secondes, de taper du pied, de tourner en rond ou de pousser soupir sur soupir. Le moindre de vos gestes peut-être épié et interprété comme un manque de patience ou une personnalité trop agressive.

- Quatrième précaution, juste avant d’entrer en entretien : « il faut s’assurer que son portable est coupé, ou au moins qu’il est en mode vibreur », rappelle Alain Jacob. Rien de plus agaçant que d’être interrompu par une sonnerie de téléphone pendant un entretien important.

Et les autres ?

Cas particulier, l’entretien collectif. Vous serez alors certainement placé en attente avec des candidats qui briguent le même poste que vous. Il vous faudra atteindre l’équilibre entre l’amabilité exagéré et la méfiance glaciale. Laurent Pinède explique que « le but est de patienter le plus calmement possible sans essayer de se positionner d’ores et déjà par rapport aux autres. » Tenter d’imaginer ce que les autres ont de plus que vous ne pourrait que vous angoisser. Là encore, soyez souriant et ouvert, mais ne cherchez pas à trop engager la conversation : faire copain-copain avec des concurrents ne vous servira à rien, cela pourrait même vous nuire.

Encadré : La check-list : tout ce que vous devez apporter

Les essentiels

- CV et lettre de motivation : c’est entendu, votre interlocuteur est censé les avoir, mais comme le rappelle Thierry Verdier, directeur du cabinet 1001 Talents,  « il peut lui arriver de les oublier. » Il est donc indispensable d’apporter plusieurs CV et lettre de motivation imprimés pour pouvoir les proposer en début d’entretien. Attention : si vous avez postulé à différents emplois et adapté vos documents pour chacun, pensez à vérifier que vous apportez bien ceux qui correspondent à votre rendez-vous du jour.

- De quoi noter : vous munir d’un bloc-notes et d’un stylo prouvera votre intérêt pour le poste et vous évitera d’oublier les principales informations que vous obtiendrez.

- Exemples et preuves : en fonction de votre métier, vous devez apporter de quoi exposer votre travail. Dans les fonctions créatives par exemple, un book est de rigueur. Un commercial peut quant à lui présenter des bilans ou tableaux de bord pour illustrer ses résultats.

- Lettres de recommandation : les lettres de recommandation d’anciens employeurs ou de collaborateurs peuvent donner du poids à votre candidature. Apportez-les avec vous afin de pouvoir les proposer au recruteur si vous le jugez opportun.

Les petits plus

- Diplômes : cela évitera au recruteur d’avoir à vérifier par lui-même que vous les avez réellement obtenus.

- Justificatifs : derniers bulletins de salaire, attestations d’emploi, certificats… Là encore, ils confirmeront votre CV et appuieront vos prétentions salariales.

- Cartes de visite : vous pourrez non seulement en laisser au recruteur, mais aussi les distribuer aux autres interlocuteurs à qui vous pourriez être présenté… Au cas où.

- Business plan : la cerise sur le gâteau, selon Thierry Verdier. « Certains candidats extrêmement motivés ont déjà étudié en détail les problématiques du poste et de l’entreprise et se munissent de propositions. » Un excellent moyen de vous projeter dans le poste et de vous démarquer.


haut de page