Comment le recruteur va-t-il vous évaluer ?

Auteur : Séverine Dégallaix
juin 2011

Lorsqu’il vous reçoit en entretien, le recruteur a une mission bien précise à remplir : identifier si vous pourriez correspondre au poste. Pour cela, il se base sur les critères définis pour le poste, mais aussi sur votre personnalité et la cohérence de votre parcours.

La grille de critères

Manuelle Malot, directrice Carrières et Prospective de l’EDHEC, rappelle que « s’il y a entretien, c’est qu’il y a eu sélection du CV. A partir de là, la première mission du recruteur consiste à vérifier les éléments qui ont motivé le choix de cette candidature et à "cocher" sa grille de critères. » Le futur salarié doit parler anglais, avoir une expérience de deux ans à l’international, et maîtriser un logiciel en particulier ? C’est sur ces éléments concrets que la décision va d’abord se prendre.

En effet, « le recruteur va devoir justifier sa décision auprès de ses supérieurs, il a donc besoin d’éléments factuels et de compétences démontrées. Le subjectif intervient toujours mais a moins d’importance, du moins dans les structures où le recrutement est très normalisé », poursuit Manuelle Malot.

C’est en cas de duel entre deux candidats à compétences égales que le savoir-être va surtout intervenir.

Le savoir-être

Pour l’évaluer, le recruteur va s’intéresser aussi à l’attitude générale et à la personnalité du candidat. Il peut notamment engager le dialogue sur des hobbies : loisirs, participation à des associations, sports… Les activités en elles-mêmes importent peu, mais les descriptions et la logique des arguments sont un critère d’évaluation. « A travers son discours, on va imaginer la façon dont le candidat se comportera dans l’entreprise et dans son équipe. Même un élément qui peut paraître anecdotique a son importance », prévient Manuelle Malot.

Par exemple, à quelqu’un qui aime cuisiner, le recruteur demandera comment il s’organise : est-il du genre à suivre la recette à la lettre, une personnalité cadrée et organisée, ou à doser à l’instinct, signe d’un tempérament créatif ? Selon Manuelle Malot, « tous les éléments inclus dans le CV sont autant de perches tendues au recruteur pour élargir la conversation. Il faut donc être capable de bien en parler et de transformer chaque ligne en argument. »

La logique du parcours

Un conseil tout aussi valable en ce qui concerne l’explication du parcours professionnel. « En général, on demande au candidat de se présenter dans l’ordre chronologique car on veut comprendre l’enchaînement », explique Eudes Le Gars, directeur associé d’ImageInPeople. Comment le candidat est-il passé d’une étape à l’autre, pourquoi a-t-il quitté un poste en particulier, qu’est-ce qui l’a fait choisir telle option, pourquoi est-il parti étudier en Espagne et pas en Angleterre… Comme le remarque Eudes Le Gars, « toutes ces raisons dégagent une certaine logique du parcours. » Une logique que le recruteur va pouvoir confronter aux missions prévues pour le poste à pourvoir ainsi qu’aux perspectives d’évolution.


haut de page