Quelles questions poser en entretien d'embauche ?

Auteur : Aurélie Tachot
juin 2011

Vous restez systématiquement muet lorsque le recruteur vous demande si vous avez des questions ? Vous avez tort ! Car poser des questions traduit votre intérêt pour le poste. À condition de savoir poser les bonnes et d'abandonner celles qui fâchent.

Les questions à poser

Sur l’entreprise :

Il s’agit ici de compléter ce que vous savez déjà de l’entreprise ou encore de « valider les informations que vous avez glanées sur Internet », explique Maria Fuhrmann, responsable du pôle Développement personnel et professionnel de l’Ecole supérieure de commerce (ESC) Pau. À noter : pour que cette étape de l’entretien prenne la forme d’un véritable échange, veillez à ne pas poser de questions fermées.

Exemples :« Comment s’organisent les différents services ? », « Quelle est votre politique de management ? », « Comment définiriez-vous la culture de votre entreprise ? », « J’ai lu, sur votre site corporate, la charte de votre entreprise. Comment se traduit-elle au quotidien ? », « Prévoyez-vous d’investir, ces prochaines années, d’autres segments du marché ? »

 

Sur le poste :

Elles sont incontournables… Surtout si le descriptif de poste de l’annonce tient sur deux lignes. « C’est l’occasion, pour le candidat, de vérifier si le poste et la mission l’intéressent vraiment », explique Julie Applincourt, directrice du recrutement, de la formation et de l’évolution professionnelle au sein de Konica Minolta. N’hésitez pas à entrer dans le détail avec votre interlocuteur. Plus vous poserez de questions pertinentes et concrètes, plus vous renverrez l’image d’un candidat motivé et professionnel.

Exemples :« Qu’attendez-vous du candidat idéal ? », « Pouvez-vous me décrire la journée type de celui qui occupera ce poste ? », « Comment mon temps de travail sera-t-il réparti ? », « Quelle sera précisément l’étendue de mes responsabilités ? », « Quels seront les moyens mis à ma disposition pour arriver à atteindre les objectifs ? », « Quel sera la fréquence de mes déplacements ? », « Si vous retenez ma candidature, pourrais-je rencontrer mon prédécesseur sur ce poste ? », « Pourriez-vous me donner un aperçu du niveau de rémunération prévu ? ».  

Les questions à éviter

 

« Il n’y a pas de sujet tabou en entretien, avance Julie Applincourt. Toute question peut être posée à partir du moment où le candidat a besoin d’éclaircissement. » Voilà pour la théorie. Car en pratique, « il subsiste des questions maladroites qu’il faut éviter de poser lors du premier entretien ou, en tous cas, amener avec des pincettes », nuance Maria Fuhrmann. Les questions trop évidentes sur l’entreprise ainsi que celles liées aux avantages en nature pourraient en effet faire douter le recruteur sur votre engagement et votre véritable motivation.

Exemples : « Quels produits commercialisez-vous ? », « Quel est l’effectif de votre entreprise ? », « Pourrais-je travailler en horaire libre ? », « Combien prévoyez-vous de congés payés ? », « J’ai prévu de prendre deux semaines de vacances cet été. Pourrais-je les prendre si je suis engagé(e) ? », « Existe-t-il des syndicats au sein de l’entreprise ? », « Au bout de combien de temps réévaluez-vous les rémunérations de vos nouvelles recrues ? ».

 


haut de page