Quel look adopter en entretien ?

Auteur : Aurélie Tachot
juin 2011

Vous scrutez votre penderie à la recherche de la tenue idéale ? Ne faites pas ce choix à la légère car votre look joue sur l'image que vous véhiculez en entretien. Voici les questions à vous poser afin d’éviter les « fashion faux pas ».

Quelles sont les valeurs de l’entreprise ?

Avant l’entretien, renseignez-vous sur les valeurs portées par l’entreprise que vous souhaitez intégrer. Si celle-ci prône la droiture, privilégiez les tenues strictes et sombres. Si vous postulez dans une start-up branchée, ajoutez à votre tenue de la couleur et adoptez un style plus « casual ». Pour déterminer ces codes vestimentaires et trouver la bonne alchimie, « rendez-vous à la sortie de votre future entreprise et observez les va-et-vient des salariés, par exemple pendant l’heure du déjeuner », conseille Aude Roy , coach et consultante en image professionnelle.

L’image que je reflète est-elle crédible par rapport au poste visé ?

Un candidat qui brigue un poste de directeur financier et qui porte une cravate Mickey jaune aura certainement des difficultés à être crédible aux yeux d’un recruteur… Gardez en tête que l’habit doit faire le moine. « L’image que vous véhiculez pendant l’entretien a autant d’importance que les propos que vous tenez », insiste l’auteure de l’ouvrage de Donnez une bonne image de soi . Pour asseoir votre crédibilité et rassurer votre interlocuteur, le fond et la forme doivent donc être en adéquation. À noter : si vous souhaitez passer un message dynamique, introduisez la couleur rouge par petites touches. Le bleu sera en revanche parfait pour renvoyer une image consensuelle.

Est-ce que ma tenue est confortable ?

L’erreur à éviter ? Vous sentir déguisé ! Malgré les codes vestimentaires, essayez de rester le plus naturel possible en choisissant des vêtements qui vous correspondent. Ainsi, si vous n’avez pas l’habitude de porter une jupe, des talons hauts ou même une montre, ne vous lancez pas ce défi le jour de l’entretien d’embauche. Votre malaise n’échappera pas au recruteur.



haut de page