Je m'entraîne à réussir mon entretien en anglais

Auteur : Aurélie Tachot
juin 2011

Vous avez décroché un entretien de recrutement pour un poste qui requiert une bonne maîtrise de la langue de Shakespeare ? Soyez certain que le recruteur testera vos compétences en anglais. Quelques conseils pour être prêt le « D-Day ».

Révisez le vocabulaire technique

Quelques jours avant l’entretien, « révisez les mots de vocabulaire propres à votre champ d’expertise », conseille Noémie Cicurel, Directrice de Robert Half International. Si vous briguez un poste de comptable, par exemple, plongez-vous dans un dictionnaire pour connaitre la traduction d’ « annuités » ou d’ « avances consolidables ». Si vous visez un poste de commercial, préparez-vous à parler de « chiffres d’affaires » et d’ « études de marché ».

Habituez votre oreille

Pour vous familiariser avec les expressions idiomatiques anglophones, branchez votre radio sur la BBC et votre télévision sur CNN International quelques jours avant votre entretien. « Il ne s’agit pas de chercher à tout comprendre, explique Carin Le Moal, National Service Manager au sein de Wall Street Institute. Mais plutôt de travailler votre écoute et d’appréhender le rythme et les accentuations de la langue. » Parcourir la presse anglophone et regarder des films en V.O. est également une stratégie payante pour intégrer du vocabulaire usuel.

Faites simple !

Vous appréhendez l’entretien en anglais ? Dans ce cas, ne vous mettez pas en danger. Bannissez les structures grammaticales complexes comme le futur antérieur ainsi que les phrases alambiquées. « Mieux vaut privilégier les phrases courtes et claires, recommande Carine Le Moal. Si vous butez systématiquement sur la prononciation d’un mot, remplacez-le par un synonyme ou une périphrase. » Pour avoir un « fluent english », n’hésitez pas à reprendre une partie de la question du recruteur dans votre début de réponse. S’il vous demande, par exemple, « What are your best skills? », débutez par « My best skills are…». Une astuce qui permet également de « mieux maîtriser son stress ».

Simulez un entretien

« Simulez un entretien en anglais à haute voix est un excellent moyen d’acquérir de la confiance en soi », estime Carin Le Moal. Si vous avez un anglophone dans votre cercle d’amis, proposez-lui de jouer le rôle du recruteur. Pour vous améliorer, demandez-lui de vous stopper à chaque fois que vous commettez une erreur de syntaxe. Si votre accent laisse à désirer, assumez-le ! « Ce qui compte, c’est avant tout d’être compris », résume Noémie Cicurel. Surtout, ne tombez pas dans le piège d’imiter un accent américain ou irlandais, au risque d’être grotesque. L’une des clés du succès est de parler plus lentement et d’articuler correctement.

Le jour J : pensez à l’échauffement

Durant les cinq premières minutes de l’entretien en anglais, les mots sont généralement longs à venir. Pour être opérationnel dès la première phrase, Noémie Cicurel a une astuce. « Durant le temps de transport qui précède votre rendez-vous avec le recruteur, pensez à parler et réfléchir en anglais dans votre tête. Cette technique vous permettra de vous « dérouiller » et de ne pas chercher vos mots les premières secondes », explique-t-elle.

 

Exemples de questions en anglais

1.Why are you applying for this job?

2.What skills do you have that would benefit our company?

3.What are your strengths? What are your weaknesses?

4.If you could do so, how would you change your career path?

5.Can you give me an example of when you took a special initiative?

6.Describe a situation in which you had to work with a difficult person. How did you handle the situation?

7.Describe the kind of work environment in which you are most comfortable?

8.Where do you see yourself in 10 years?

9.Why should we hire you rather than someone else?

10.What are your salary expectations?

 


haut de page