L'entretien téléphonique : attention aux embuches

Auteur : Amandine Chauve
juin 2011

Première prise de contact incontournable, l’entretien téléphonique n’en est pas moins une étape délicate sur le chemin de l’embauche. Le point sur l’attitude à adopter au bout du fil.

Connaître l’entreprise

Espérer l’appel ne suffit pas : encore faut-il être prêt à y répondre. Avant même de décrocher, vous devez être au point sur l’entreprise pour laquelle vous avez postulé. « Un entretien téléphonique fait évidemment suite à l’envoi d’un CV », rappelle Christian Olry de Labry, directeur associé de People Search. Puisque vous avez fait la démarche de le solliciter, votre interlocuteur est en droit d’attendre de vous une connaissance de son activité. « Un minimum d’autant moins excusable qu’avec internet, les informations sont à portée de clics. »

Répondre avec professionnalisme

« Les entretiens téléphoniques sont les prémisses d’une relation d’affaires », rappelle Paul-Emile Taillandier, directeur de Talents-clés Conseil. Et qui dit relation d’affaires dit dialogue professionnel. Opter donc pour un ton serein. Vous n’êtes pas là pour supplier votre interlocuteur, mais au contraire pour lui montrer que vous êtes à la hauteur du poste brigué. Amenez au dialogue, plutôt que de subir un interrogatoire à sens unique, en formulant de votre côté des questions pertinentes : missions, environnement de travail, enjeux du poste… Bref : « pour être intéressant, soyez intéressé ! ». Enfin n’oubliez pas de sourire pendant l’appel, car cela s’entend au téléphone.

Ne pas hésiter à reporter l’appel

Vous êtes en voiture ou en train de faire vos courses ? Ces situations ne sont pas propices pour parler CV. « Afin d’être concentré et parfaitement disposé, n’hésitez pas à demander à être rappelé », insiste Jean-Christophe Thibaud, directeur du cabinet Lectia. Les recruteurs n’exigent pas de vous une disponibilité à 100 %. En revanche, ils n’excuseront pas une incapacité à répondre clairement aux questions posées.


haut de page