Je suis en retard ou je ne viens pas, que faire ?

Auteur : Bertrand Longueville
juin 2011

Vous êtes coincé dans les embouteillages ? Votre train est bloqué sur la voie ? Vous n’avez pas pu vous libérer pour une raison quelconque et vous ne pourrez pas vous rendre à l’entretien ? Ces cas de figure, aussi déplaisants soient-ils, peuvent arriver. Mais comment réagir ?

Un réflexe : prévenez votre interlocuteur dès que possible. « C’est une question de pure politesse et de bon sens », explique Claire Romanet, fondatrice du cabinet de recrutement Elaee. Le recruteur a certainement autre chose à faire que de vous attendre. Si vous avez cinq minutes de retard, il peut le comprendre. Il suffira de vous en excuser à votre arrivée. Mais c’est un maximum. Au-delà, un appel est indispensable. « Si vous n’avertissez pas d’un retard, vous allez prendre un point en moins et commencer sur de mauvaises bases l’entretien », souligne la recruteuse.

A l’inverse, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas recommandé d’arriver trop tôt. Inutile en effet de déranger pour rien le recruteur. Les interprétations qui en découlent ne sont pas pour vous servir. « Il arrive que des gens hyper stressés arrivent une demi-heure avant. Ils nous enquiquinent, car on est obligé de les faire attendre et ça peut nous perturber. » L’horaire d’un rendez-vous est donc fait pour être respecté. Le meilleur timing étant « d’attendre proche du lieu de rendez-vous dix minutes précédant l’horaire de l’entretien avant de sonner, à l’heure juste », confirme Claire Romanet.


haut de page