Je me décompose en entretien, comment faire retomber la pression ?

Auteur : Bertrand Longueville
juin 2011

Passer un entretien de recrutement est souvent synonyme de stress et d’angoisse. Nos conseils pour surmonter cette épreuve.

Contrairement à ce que l’on peut penser, « le stress ressenti est souvent un stress positif, qui augmente le niveau de concentration et de réactivité », explique Lydia Levant-Bol, psychologue du travail et conseil en orientation. Néanmoins, l’importance de l’enjeu - trouver du travail - peut dans certains cas prendre le dessus : « il peut arriver à tout le monde de perdre un peu ses moyens lors de situations stressantes », poursuit la psychologue.

Face à l’interlocuteur, les symptômes sont souvent les mêmes : trou noir, mots qui ne viennent plus, sentiment de malaise. Aussi déstabilisante qu’elle soit, cette situation n’en est pas dramatique pour autant. A condition de faire preuve de transparence et de recul. « Ca ne surprendra pas un recruteur si vous lui dîtes « Je vous prie de m’excuser, je me suis mal exprimé » ou encore « Si vous me le permettez, je vais reprendre ce que je voulais dire », puis vous arrêter trois secondes pour mieux repartir. Cela cassera la tension », conseille Lydia Levant-Bol. Autre conseil pour repartir d’un bon pied, demander à votre interlocuteur de répéter sa dernière question, cela vous laissera le temps de reprendre vos esprits. Enfin, ne vous focalisez pas sur vos erreurs ou sur vos bafouillements, mais  plutôt sur un objectif concret : répondre précisément à la question posée.

 


haut de page